– La mobilité autonome, un défi urbain –

Le compte à rebours est lancé. Afin de recevoir pendant 18 jours les Jeux Olympiques et 12 jours les Jeux Paralympiques en 2024, la date de réception du nouveau quartier pour le village olympique en Seine-Saint Denis a été fixée pour septembre 2023. Ainsi, près de 2400 logements et 119 000 m² de locaux d’activités, bureaux, équipements et services verront bientôt le jour sur le territoire de l’EPT Plaine Commune. Le nouveau quartier « Pleyel – Berges de Seine » représente donc un défi en termes de programmation et de délai. En outre, il s’ajoute un nouvelle ambition.

En effet, afin d’améliorer les interactions entre le Village et son environnement, des navettes autonomes seront déployées pour les athlètes. Cette innovation, singulière, représente à la fois des opportunités et des risques pour le développement pérenne du territoire. Ainsi pour ce dernier article, il vous est proposé un aperçu du travail qui sera présenté pour le projet de l’écoquartier fluvial de L’Ile-Saint-Denis qui accueillera une partie du Village Olympique.

Dans un premier temps, cet écrit aura pour objectif de détailler la mobilité autonome. De ce fait, un résumé de cette technologie vous sera proposé. Dans un second temps, l’article s’attachera à mettre en exergue les enjeux de gouvernance qui accompagnent le déploiement de ce nouvel outil de transport. Ceux-ci peuvent représenter un risque pour le territoire et sont d’autant plus importants car ils impactent des domaines initialement éloignés et nécessitent une approche systémique de la part des politiques publiques

La mobilité autonome, de quoi parle-t-on ?

En 1964, Isaac Asimov décrivait un futur où les véhicules n’auraient plus besoin de conducteur pour déplacer ces passagers. Cette utopie tend à devenir une réalité avec les prouesses technologiques qui voient le jour ces dernières années. Mais de quoi parle-t-on lorsque l’on le parle de mobilité autonome ? L’automatisation des véhicules peut se décliner selon 5 grands axes : assistance à la conduite, automatisation partielle, automatisation conditionnelle, automatisation élevée, automatisation complète.  Aujourd’hui, cette nouvelle technologie a été rendu possible notamment avec l’essor des technologies de perception et d’interprétation des informations.

Illustration n°1 ! Les différents degrés d’autonomie des véhicules autonomes – Sources :

En effet, afin d’évoluer en toute autonomie dans leur environnement et d’assurer la sécurité de leurs passagers, ces véhicules embarquent des systèmes de pointe tels que des caméras à haute définition, mais aussi de nouveaux capteurs de détections performants : radars, LiDARs, capteurs ultrasons. Cette dernière technologie permet de compléter la vision des caméras qui permettent principalement de voir la signalisation routière horizontale. Ainsi les radars ou LIDAR, permettent d’estimer des distances et des vitesses avec une très grande précision. Le but est de produire des véhicules ayant des capacités proches, voire supérieures à celles des humains, comme le dit Daryn Nakhuda : « We want cars to have human judgment ».

Illustration n°2 : Les équipements principaux d’un véhicule autonome – Sources :

Concernant l’analyse des données perçues, la technologie déployée est d’une nature novatrice. En effet, la navigation des véhicules automatisés est permise grâce à l’intelligence artificielle et l’apprentissage machine. Par conséquent, le rythme et l’ampleur de l’élaboration des véhicules automatisés sont étroitement liés à l’évolution de l’intelligence artificielle. C’est pourquoi, aujourd’hui, les produits comportant un niveau d’automatisation de rang 5 ne sont pas présents sur le marché de l’automobile. Toutefois, au regard de la course effrénée des Etats et des acteurs concernant ce domaine, certains spécialistes prévoient l’apparition de ce type de véhicules à partir de 2040 en France (KPMG – 2015).

Un autre point fondamental caractérise les véhicules autonomes. Même s’ils peuvent évoluer de manière indépendante, les constructeurs portent une attention particulière à la mise en réseau de ces « ordinateurs roulants ». Ainsi, l’automatisation des véhicules va de pair avec leur connectivité. L’objectif, in fine, est de renforcer la capacité de ces outils de transports en permettant la communication entre les véhicules et avec les infrastructures, les appareils mobiles et les plateformes numériques (McMahon, 2018).

Au-delà de ce produit innovant, il est possible de percevoir que l’émergence des véhicules autonomes s’accompagnent d’évolutions importantes sur les infrastructures et sur l’organisation de la ville. Par exemple, il sera nécessaire d’intervenir sur la qualité des revêtements de sols ou sur la connectivité des panneaux afin de prévenir des défauts de détections. Les gabarits des chaussées pourraient, eux aussi, évoluer et permettraient la réduction de la place de la voirie dans l’environnement urbain. Cependant, outre l’aspect technique et matériel, le déploiement de véhicules autonomes connectés doit s’accompagner d’évolutions de différentes natures afin de contrôler au mieux l’émergence de cette nouvelle technologie.

La mobilité autonome, des enjeux de gouvernance urbaine ?

Pour de nombreux acteurs privés par exemple Peugeot, Toyota, Google, la mobilité autonome représente une innovation de rupture bénéfique pour notre société. De manière équivalente à l’apparition de la voiture motorisée au temps des véhicules tractés par des animaux, les voitures autonomes incarnent un potentiel important. En effet, elles répondent à des besoins forts de mobilité aujourd’hui non satisfaits notamment dans les territoires ruraux et périurbains qui connaissent une croissance démographique importante.

Cependant, ce potentiel croissant et cette évolution à venir de la mobilité incarne de futurs enjeux de gouvernance. Dans le cadre de cet essai, il est vous proposé de passer en revue ces différents enjeux.

  1. L’émergence de ces véhicules innovants sur le marché pose le problème des normes de sécurité. En effet, comment assurer la protection des populations (passagers, piétons, autres usagers) tout en proposant un cadre souple favorisant l’innovation, la croissance économique et l’interopérabilité pour ces outils ?  D’autre part, qu’en est-il de la question du cyber risque ? En effet, ces véhicules, ultra connectés pourraient être utilisés pour troubler l’intégrité et l’ordre public.
  2. Cette nouvelle technologie questionne aussi une problématique d’acculturation des populations au fonctionnement de ces nouveaux véhicules. Ce dernier point sera d’autant plus important lors de la période de transition. La question de la protection des données personnelles est aussi soulevée au regard de la quantité importante de data que les véhicules autonomes pourraient produire.
  3. Un point important concerne la responsabilité et le cadre juridique d’assurance. En effet, en cas d’accidents, qui est responsable ? Le conducteur qui est devenu entre temps passager ou le constructeur de l’automobile qui est responsable d’une défaillance système à l’origine de l’incident ? De même, en cas d’accident, quelle priorité pour le véhicule ? Faire le moins de blessés ? Epargner les jeunes plutôt que les plus âgées ? A ce titre, l’Allemagne a développé un élément de réponse en instaurant une commission d’éthique en 2017. Celle-ci a posé les futurs fondamentaux pour les véhicules autonomes. L’humain reste la priorité mais aucune décisions ne doit être prise selon les caractéristiques des possibles accidentés.
  4. Un autre point concerne l’emploi. Le développement des véhicules autonomes menacent près de 1,4 million de salariés à l’échelle de la France (données 2017). Cette menace est d’autant plus pesante au regard de la qualification moindre de la plupart de ces personnes (conducteurs de bus, …). Ainsi la possibilité d’une réorientation pour ces professionnels semble possible mais plus difficile. Le gouvernement français ainsi que les collectivités locales doivent alors prévoir cet effet négatif du développement des mobilités autonomes.
  5. Un dernier point concerne l’aménagement du territoire et des villes. Ainsi, les véhicules autonomes représentent l’opportunité d’offrir à chacun un service de transport équitable et d’amoindrir l’impact des déplacements sur l’environnement. Cependant, de nombreux spécialistes s’accordent sur le potentiel « effet rebond » de cette technologie (Mathieu Saujot, Laura Brimont, Oliver Sartor).  En effet, l’augmentation du confort pour les usagers pourraient favoriser l’étalement urbain et l’accroissement des distances des déplacements. A ce titre, les acteurs doivent se montrer force de proposition par exemple en renforçant les incitations pour le covoiturage.

Avec la Loi PACTE et LOM, le gouvernement français lance plusieurs phases d’expérimentations renforcées de la mobilité autonome. Au regard des enjeux soulevés, ces expériences représentent une valeur ajoutée pour prévoir les politiques publiques face à l’émergence de cette technologie en France. Dans ce cadre, les Jeux Olympiques 2024 incarnent le creuset fertile pour ces expérimentations qui permettraient d’aboutir à un territoire durable grâce à un héritage éprouvé par les acteurs publics et privés. Cependant, comme toutes les technologies prometteuses de mobilités plus accessibles et écologiques, le véhicule autonome est et sera d’abord ce que les régulateurs locaux et les usagers en feront. Ainsi, comme le souligne Valérie Pécresse en octobre 2019, une question reste en suspens «  véhicules autonomes : quand allons-nous enfin nous réveiller ? »

Sources

Ministère de la transition écologique et solidaire. Développement des véhicules autonomes. Orientations stratégiques pour l’action publique. Avril 2019.

Saujot, M. Brimont, L. Sartor, O. Mettons la mobilité autonome sur la voie du développement durable. Study n°02 Juin 2018.

Midler, C. Le véhicule autonome : peut-on piloter rationnellement un projet d’utopie technicienne. 2018

Feitz, Anne. Le gouvernement accélère dans le véhicule autonome. Les échos, 2019.

Jézéquel, M. Véhicules autonomes : bouleversement à venir. Gestion. 2019

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s